Impulsivité et hyperactivité, comment ne pas lâcher ses objectifs!

Quand tu es convaincu que tout est possible. Ta vie devient une infinité de choix.  Tu as un énorme potentiel…

Tu sens que tu es sur la bonne pente. Ta valeur forte de liberté est satisfaite, tu peux envisager de faire tout ce que tu veux.

Le matin, tu te lèves avec le cerveau en ébullition. Ton système de pensée en mode popcorn s’est déjà transformé en une liste de tâches à implémenter plus longue que ton bras.

Bref ta journée commence sur des chapeaux de roues, tu as mille trucs à faire…

Tu pourrais penser que c’est super, que tu t’es ouvert de belles perspectives. Sauf que… en fait, tu te retrouves devant un océan de possibilités et là…

C’est le trou noir. Je suis perdu…

Tu ne sais plus du tout par où commencer. Ou plutôt, tu as tellement de choses à commencer en même temps que tu t’éparpilles. Tu commences plein de chose et tu ne termine rien…

Tu perds en productivité et tu te noies dans tout ce que tu as à faire…

La descente aux enfers commence maintenant…

 

Où est le problème?

Le problème, c’est que ça fait 9 mois que je bosse sur un blog de développement personnel et qu’après avoir eu l’impression que ça concerne tout le monde, et donc que je m’adresse à tout le monde, j’ai soudainement l’impression de ne plus parler à personne.

Pourtant, on m’a déjà posé la question bien souvent.

  • À qui parles-tu?
  • Quelles sont les caractéristiques des personnes que tu aides avec ton blog?
  • Quelle est ta cible Thomas?
  • Comment tu résumerais en une phrase ce que tu apportes aux gens?

 

Heuuu… Pour être honnête, ça commence à me gonfler toutes ces questions.

Faire un choix quand tu n’as le choix qu’entre A et B, ce n’est déjà pas facile pour tout le monde.

Mais alors, faire un choix quand tout est ouvert, c’est encore beaucoup plus compliqué… Tu ne trouves pas?

Surtout, que tu le sais très bien, l’organisation, le rangement, la préparation, ce n’est pas ton fort!

Ton truc à toi c’est l’action! Malheureusement pour toi, l’action est impossible tant que tu n’auras pas fait ton choix…

Ton enthousiasme débordant, lié à ton envie forte de passer à l’action ne t’aide pas pour préparer, planifier, prioriser…

Tu as une fâcheuse tendance à passer à côté de cette étape de l’organisation. Une étape essentielle qui consiste pourtant à préparer le terrain pour que les choses se passent mieux pour toi.

Mais c’est aussi une étape qui t’oblige à mettre un cadre et donc qui diminue, qui minimise ta valeur principale :  la liberté…

En tout cas c’est ce que tu penses… Le cadre et l’organisation vont t’empêcher d’être libre et de faire ce que tu veux.

C’est une des erreurs clés que tu fais, trop souvent!

Simplement, parce dans cette étape d’organisation, tu ne trouves aucun plaisir.

Eh oui, le plaisir pour toi c’est très important.

Pourquoi tu devrais faire des trucs chiants comme lister tout ce que tu as à faire par exemple. Alors que tu pourrais prendre du plaisir en commençant tout de suite une des tâches à laquelle tu as pensé. Peut-être même celle qui te fait le plus envie?

Ton truc c’est l’action.

C’est ça que tu aimes, c’est comme ça que tu apprends, c’est l’action qui te rend heureux.

Être dans le faire, ça te permet de mobiliser tes ressources sur une tâche précise, et c’est là que tu es doué ! Tu travailles bien, vite, tu es efficace dans l’action quand elle est clairement définie.

Alors c’est ce que tu fais, tu passes à l’action.

Puis plus tard dans la journée, il y a quelque chose qui te rappelle que ce que tu es en train de faire… ce n’est pas la priorité. Un courrier, un mail, un coup de téléphone vient perturber ton plaisir parce que, soudainement, il y a une urgence. Certainement une urgence que tu n’as pas eu envie de gérer avant… Une urgence à laquelle tu as déjà pensé au moins 10 fois. Mais comme tu priorises principalement en fonction du degré de plaisir que tu vas en tiré. Cette urgence n’a jamais été prioritaire pour toi.

Et ça, ça t’énerve ! Parce que maintenant, elle l’est devenue! Du coup, ta valeur de liberté, tu vas pouvoir la mettre de côté. Maintenant, tu es obligé de faire quelque chose que tu n’avais pas envie de faire et en plus, tu dois le faire tout de suite sous peine d’en subir les conséquences.

Tu as le moral dans les chaussettes…

Le résultat de tout ça, c’est que ta motivation légendaire d’impulsif indomptable, elle est maintenant descendue en dessous du niveau de la mer.

T’as un vrai problème Thomas, tu ne sais même pas à qui tu parles avec ton blog

Pffff… Tout ça pour ça!

Tu vois le canapé, t’attrapes la tablette, tu t’affales… et tu zones pas loin de deux bonnes heures à surfer sur internet. Un endroit magique où tu peux trouver plein de nouvelles idées à faire… Mais la réalité te rattrape toujours… Les mauvaises nouvelles qui viennent souvent pour toi des “gestionnaires administratifs” sont au rendez-vous. Le joyeux facteur amène de nouvelles factures et toute une série de choses à faire que tu n’as pas envie de faire, ça ne t’aide pas à y voir plus clair…

La descente aux enfers continue…

Question: que fait un impulsif indomptable quand il n’a pas le moral?

Réponse : il creuse lui-même le trou pour s’enfoncer un peu plus…

SI si , je m’y connais en matière d’impulsivité, hyper activité, et d’enthousiasme débordant…

Ça fait déjà 41 ans que j’en suis un…

Attention à ne pas confondre impulsivité et agressivité hein, ce n’est pas la même chose.

Je ne dirais pas que ça n’a rien à voir parce que les effets de ton impulsivité peuvent finir par t’énerver et te rendre quelque peu agressif dans certaines circonstances. Mais cette impulsivité tu peux aussi la mettre au service du bien-être, ce n’est pas la même chose, on est d’accord?…

Comme ton truc à toi c’est l’action, quand tu te retrouves dans le canapé avec la tablette, très occupé à zoner sur le net sans avoir de but précis, tu commences à te remettre en question.

Ça, tu sais bien le faire… Douter des choix que tu as faits, envisager la vie sous une autre facette, complètement différente…

Genre, ça t’est déjà arrivé de penser à élever des chèvres, ou à partir voyager seul, à pied dans la montagne, dans un endroit ou il n’y aurait même pas de facteur?

Ou encore de remettre en question tes études, ou ta dernière reconversion professionnelle?

Je suis certain que oui…Les gens comme toi et moi ont cette capacité à se remettre en question, à imaginer que tout pourrait être différent en un claquement de doigts…

Parce que comme moi, tu es impulsif, indomptable et impatient.

Si tu préfères, on peut dire hyper enthousiaste, c’est plus positif :-).

Mais sur le fond, ça ne change pas grand-chose.

La ligne rouge

Je ne sais pas si ça t’est déjà arrivé d’avoir tellement de projets, tellement d’endroits ou placer ton énergie que finalement tu finis par la placer dans la réflexion de qu’est ce que tu vas faire.

Pour être tout à fait honnête avec toi, je nage dedans pour le moment…

Donc je suis pile-poil à l’opposé de la productivité. C’est-à-dire qu’au lieu de traverser la ligne rouge, je cours à côté…

Et chaque nouvelle question alimente encore le doute… C’est un puits sans fin… C’est comme la ligne rouge, si tu cours à côté, elle ne te mène nulle part.

Je te l’avais dit, je m’enterre tout seul.

C’est le début de la spirale négative… Mon énergie débordante a mystérieusement disparu, c’est la phase down de l’impulsivité.

Ce qui est intéressant c’est de se poser la question, où est passée mon énergie?

Quand on a le nez dedans, c’est impossible d’y voir clair, mais avec un peu de recul, on la retrouve ton énergie. Elle est toujours toujours là, toujours aussi débordante, mais elle a changé de camp. Tu as maintenant autant d’énergie à déployer sur un projet positif que d’énergie à répandre pour broyer du noir et te convaincre que tu n’as pas la vie que tu veux… Ça non plus ça ne t’aide pas et moi non plus d’ailleurs…

Parce que quand un hyper enthousiaste rentre dans cette spirale négative, il s’enterre plus vite que quelqu’un d’autre…

Parce qu’il creuse à la pelleteuse 🙂

Comment est-ce possible?

Sérieux? Avec tous les outils qui sont à ma disposition. Avec tous les apprentissages que j’ai fait depuis deux ans, comment c’est possible de se retrouver dans cet état là?

Avec cette horrible impression que tu as fait un mauvais choix? Que tu patauges dans la semoule. À quoi ça sert d’avoir appris tous ces outils de développement personnel si c’est pour qu’ils finissent par t’enfoncer encore un peu plus?

Il y a un mur devant moi qui me parait infranchissable et qui grandit de jour en jour. En fait je ne sais pas si c’est le mur qui grandit ou si c’est moi qui rétrécit… Au secours 🙂

Il faut réagir, je dois réagir.

Alors…qu’est ce que je peux faire concrètement pour m’aider moi-même?

Pfff…

Et si je reprenais la base de ces apprentissages et que je l’appliquais?

OK, voyons ce que cela peut donner…

1 Le corps et l’esprit sont intrinsèquement liés et s’influencent l’un l’autre…

Bon, pour reprendre une expression chère à ma belle sœur que je salue au passage, “il faut être honnête, dans ces moments-là, j’ai une motivation de mollusque”.

Donc si mon mental ne peut pas prendre le dessus pour l’instant, il faut que mon corps prenne le relais.

Allez j’agis, on va voir ce que cela va donner!

Donc, je mets le réveil 1h30 plus tôt que d’habitude et je programme d’aller  courir sur la plage, de très bonne heure le matin.

Au vu de la théorie, si j’arrive à trainer mes baskets jusque là et à me mettre à courir les 5 premières minutes, je devrais pouvoir être capable de relancer la machine…

Est-ce que ça marche?

Eh bien oui ça marche… ça ne résout pas mes problèmes de questionnement ni tous ceux qui arrivent par la poste grâce à mes faux amis, “les gestionnaires administratifs”, mais ça me permet au moins de diriger mon énergie débordante dans une activité qui me fait du bien… Plutôt que de la diriger contre moi…

Super, grâce à la dose de dopamine que je viens de produire avec cette petite séance de jogging matinale, cette journée commence différemment.

Donc si on en revient aux fondamentaux qui font défaut à “l’impulsif de base”, on arrive au point 2…

2 Quand tu n’y arrives pas, demande de l’aide…

 

De la même manière que les médecins peuvent tomber malades, les coachs, les motivateurs et les blogueurs ont parfois besoin d’un regard extérieur pour clarifier une situation.

Concrètement, juste après le jogging sur la plage, j’appelle ma copine de blog, Virginie… Je suis à la Réunion, elle est en Finlande, mais je sais qu’elle va pouvoir me booster…

En tout cas, je peux compter sur elle pour me parler franchement, là-dessus, pas de souci…

Finalement on est dans le même wagon, on a tous les deux décidé d’animer un blog et d’en retirer un petit revenu à moyen long terme.

Je lui parle de mon problème de cible, du fait que je ne sais pour qui j’écris ces articles et à qui peuvent bien servir ces vidéos…

Pour te la faire courte…

De cette conversation avec Virginie, je ressors avec cette phrase en tête :

“Sur le papier, il vaut mieux faire un mauvais choix que de ne pas faire de choix du tout…”

OK,  je suis d’accord avec elle, il faut que je choisisse à qui je parle… C’est une priorité absolue…

Mais bon, malheureusement les effets de la dopamine et de mon jogging matinal commencent déjà à se dissiper et le doute s’installe.

  • Est-ce que ça va marcher?
  • Est-ce que c’est ça que j’ai vraiment envie de faire?
  • Est-ce que choisir de parler à quelqu’un de précis ce n’est pas se limiter?

Pour moi à l’instant T, la solution serait de préciser exactement à qui je m’adresse avec ce blog, de l’écrire noir sur blanc et de commencer à m’adresser spécifiquement à ces gens-là…

Mais à qui je peux bien m’adresser? Je n’en sais rien…

Comment faire un choix?Heuuu…

Qu’est-ce que je donnerais comme conseil à un ami qui a le même problème? Va voir un coach!

Je prends rendez-vous avec un coach, en urgence s’il vous plait…

C’est fait, demain à 11 h00, je me fais coacher sur ce problème-là… Je ne sais pas ce que ça va donner, mais ça ne peut pas être pire que maintenant… Quoi que… qui sait?

C’est Saskia  qui s’y colle, elle était ma coach pendant l’année de formation en Belgique… Le feeling passe bien, je suis en confiance :-).

On se voit via messenger, et je lui explique tout ce que vous savez déjà…

Après une heure et demie intense et une foultitude de questions…

Je sors grandi… Incroyable comment une seule séance de coaching à pu éclaircir cette situation qui était devenue insoluble pour moi…

Saskia : “Alors, comment tu te sens, avec quoi tu repars?”

Moi : “Soulagé, déterminé, merci beaucoup, je sais à qui je vais parler et je sais même pourquoi et de quoi je vais leur parler”

Fabuleux…

Je connais ma cible, parce qu’elle est exactement comme moi…

Et le plus beau là-dedans, c’est que… tout le travail de recherche, de rédaction sur ce sujet va m’aider moi-même.

Conclusion…Tadaaaaam…..

  • Je vais parler aux impulsifs, aux impatients, à tous ceux qui fourmillent d’idées au point de parfois s’y perdre.
  • Aux personnes qui veulent tout, tout de suite, à ceux qui ont des difficultés à s’organiser.
  • Je vais parler aux gens qui surestime ce qu’il peuvent faire en un temps très cours et qui sous-estime ce qu’il peuvent faire sur le long terme.
  • Et je vais leur parler de réussite, de persévérance, de comment l’impulsivité peut devenir une force…
  • Je vais aider les gens comme moi qui ont tendance à s’intéresser à plein de choses, mais qui ont bien difficile à aller au bout de leur projet.
  • Je vais les aider à cibler, à recentrer, à utiliser les méthodes qui fonctionnent pour eux!
  • Je vais veiller à ce qu’ils puissent faire ça en restant dans le plaisir… Parce que c’est tellement important…
  • Je vais leur parler de ce qui limite leur réussite et les aider à surmonter ces moments de doutes, à focaliser et à rester dans l’action. Celle où la productivité est bel et bien là et/ou l’on s’arrête d’être occupé pour se donner bonne conscience.
  • Je vais leur parler de comment c’est possible de faire tout ça en respectant leur valeur de liberté…

Alors si tu te sens concerné, par ces problématiques, si tu veux que ton impulsivité te serve au quotidien. Si tu veux transformer tes doutes en certitudes et agir pour que ta vie ait du sens…

Continue de suivre ce blog, on va progresser ensemble:-).

Nous sommes des impulsifs indomptables et c’est exactement ça qui fait notre spécificité:-).

Si tu t’es reconnu dans cet article… tu sais ce qu’il te reste à faire…

Merci de partager et de laisser un commentaire…

Bonne évolution personnelle et à très vite :-)…

Thomas

 

Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    29
    Partages
  •  
  • 1
  • 28

No Comments

Leave a Comment

​Télécharge en moins d'une minute cet ebook gratuit qui te présente 5 livres et 5 concepts qui auront forcément un impact très positif sur ta vie.​