Le pouvoir de nos pensées sur la réussite.

Le pouvoir de nos pensées sur la réussite :

Je parie que comme moi, tu te demandes souvent ce qui fait que certains réussissent mieux que d’autres.

Et pourquoi pas moi? Pourquoi pas toi?

Est-ce que tu connais le pouvoir de nos pensées dans le contexte de la réussite?

En tout cas, de mon point de vue, tu n’as pas grand-chose à perdre en prenant quelques minutes de ton temps pour survoler cet article et voir si tu peux y trouver quelque chose d’intéressant pour toi !

Mais ce n’est qu’un point de vue…

Est-ce que cela te parle?

C’est parti!

Une seule question :

Quels sont les secrets de ceux qui réussissent?

Ils connaissent le pouvoir de nos pensées…

1 La flexibilité

Pour eux, tout est fluide. Les idées se transforment en projets qui se concrétisent à leur tour.

La première réponse que j’ai trouvé à cette question de la réussite, c’est l’environnement.

Bien sûr que l’environnement, l’endroit où tu es né, le niveau de vie de tes parents, ton état de santé, l’éducation que tu as reçue sont autant de facteurs qui influencent ta réussite.

Mais à y regarder de plus près, qu’est-ce qui dans notre environnement favorise ou freine notre réussite personnelle?

Si on creuse un peu cette question, on se rend finalement compte que, bien plus que les moyens matériels qui sont à ta disposition, c’est ton état d’esprit qui va jouer un rôle déterminant.

En réalité, on voit souvent ce que l’on n’a pas…

Et pourtant, la clé serait plutôt de valoriser ce que l’on a déjà!

Comment ça marche?

  • C’est tout simple, ton état d’esprit oriente tes pensées.
  • Ce à quoi tu penses génère un certain potentiel énergétique, c’est ta force d’intention.
  • Tu crois, tu penses et donc dans le cadre de ces pensées naît un certain potentiel d’actions.
  • Parmi ces actions potentielles, tu vas en appliquer certaines qui vont à leur tour générer un résultat.
  • Ce résultat, soit il correspond à tes attentes, à ton intention première et dans ce cas, il va venir renforcer ta pensée qui en est à l’origine ; soit c’est l’inverse, le résultat que tu obtiens n’est pas du tout celui que tu attendais, il va donc plutôt infirmer ce que tu pensais être vrai.

Finalement, c’est toute la différence entre le “savoir”, qui est transmis par les livres et les différents apprentissages qui proviennent de l’extérieur, et la “connaissance”, qui est expérimentée de l’intérieur.

Je pense que c’est comme ça que l’on concrétise nos pensées. Elles deviennent vraies parce qu’on expérimente quelque chose qui va dans le sens de la pensée.

Ce qui est magique ou vicieux là-dedans, c’est qu’une des lois de l’univers nous dit que l’on attire aussi à nous ce que nous pensons.

Notre vie matérielle se concrétise en fonction de ce à quoi nous pensons.

  • C’est magique car ça veut dire qu’en changeant ce que nous pensons, on a le pouvoir de changer de vie.
  • C’est vicieux car si tu commences ta vie avec des pensées “négatives”, tu te génères une expérience négative qui renforce tes pensées négatives.

Voilà tout l’intérêt de pouvoir identifier nos pensées limitantes. Une fois que l’on en appréhende les contours, il nous est possible de les remplacer si toutefois nous sommes suffisamment flexibles.

“Si vous vous prenez pour un marteau, vous verrez des clous partout”

Bien sûr, personne ne se prend vraiment pour un marteau et heureusement, mais pourtant, cette phrase en dit long sur l’impact de nos pensées gâchettes.

On les appelle comme ça, car elles génèrent un comportement chez nous, elles actionnent une gâchette qui transforme une pensée en quelque chose de plus concret dans la matière, une action.

Notre pouvoir personnel, le tien, le mien se situent à ce niveau-là… La capacité de pouvoir choisir les pensées gâchettes utiles dans le contexte actuel.

Quelle est la meilleure chose concrète que tu puisses faire aujourd’hui pour transformer ta vie?

  • Identifier tes pensées gâchettes limitantes.
  • Et les transformer en pensées gâchettes portantes.

Dans cette histoire, il y a quelque chose qu’il faut bien comprendre pour ne pas culpabiliser d’être accroché à des pensées qui ne sont plus utiles pour toi à ce jour.

Quand un être humain adopte une croyance quelle qu’elle soit, il le fait parce qu’il y a derrière cette croyance, dans un certain contexte, une intention positive.

L’intention positive répond à la question :

” qu’est-ce que le fait de croire à cela m’apporte dans le contexte que je vis aujourd’hui”

Le paradoxe que cela génère, c’est précisément ce qui fait la magie de la vie, le mouvement.

  • Tout ce qui est vivant est en mouvement, le monde change en permanence.
  • Peux-tu imaginer que l’intention positive de la pensée que tu as adoptée il y a 10 ans ne t’est peut-être plus utile aujourd’hui…

Voilà qui nous amène à répondre à la question première de cet article :

“Quels sont leurs secrets ?”

Je pense que le premier pilier de la réussite, c’est la flexibilité.

  • Cette capacité à rester flexible, souple dans notre raisonnement,
  • afin de pouvoir appréhender de la meilleure manière les nombreuses situations auxquelles nous sommes confrontés,
  • tout en ayant une parfaite connaissance de notre objectif…

Je te donne un exemple tout de suite, tu vas comprendre exactement où je veux en venir.

Imagines, tu es une aventurière ou un aventurier, on pourrait te définir par quelqu’un qui cherche quelque chose ou quelqu’un qui continue d’avancer.

Bref, tu es dans la jungle équatorienne, avec ta machette et tu marches à travers une forêt épaisse et dense.

Soudain, tu arrives près d’un fleuve, un nouvel obstacle.

Tu ne renonces devant rien et tu ne te laisses pas démonter.

Tu construis un radeau pour t’aider à traverser.

Ta croyance à ce moment-là est : “grâce à ce radeau, je vais pouvoir continuer à avancer”.

Et ça marche! Tu te retrouves de l’autre côté.

Le problème, c’est que si tu ne te débarrasses pas de cette croyance : (“grâce à ce radeau, je vais pouvoir continuer à avancer”), tu vas vite trouver ton radeau très encombrant…

La croyance qui portait ton intention première dans un certain contexte risque bien de te pourrir la vie, car tu te trimbales maintenant un radeau à travers une forêt épaisse et dense…

Le contexte a changé, la croyance n’est plus la bonne.

Tu me suis?

À partir de là, il serait intéressant de penser le monde selon un critère utile ou pas utile plutôt que selon le critère vrai et faux.

Donc, premier élément de la réussite : la flexibilité.

 

2 La communication au centre de la réussite

Pour aller plus loin dans la réflexion, il faut prendre conscience qu’on n’est pas tout seul et que s’il y a d’autres personnes, il faut tenir compte du fait que :

 

“On ne peut pas ne pas communiquer”

 

Et c’est certain, un des éléments de la réussite, c’est la communication.

L’être humain est comme une antenne, capable à la fois d’émettre des signaux et de les recevoir.

On communique à travers :

  • le verbal 7%  (le sens des mots)
  • le paraverbal 38% (intonation, intensité, timbre de la voix)
  • le non verbal 55% (posture du corps et gestuelle associée)

Exactement comme on peut observer le résultat qui est généré par une pensée gâchette,

on peut mesurer la qualité de notre communication par la réponse que l’on obtient de l’autre.

De nouveau, la flexibilité semble être un élément déterminant.

Si vous êtes capable d’adapter votre communication pour obtenir la réponse souhaitée, vous devenez un maître de la communication et inévitablement vous vous rapprocherez de la réussite.

Petit rappel rapide des 4 niveaux qui font une communication efficace.

  1. Observation des faits (et restitution de ceux-ci sans jugement!)
  2. Expression de votre ressenti en fonction de cette observation
  3. Expression de votre besoin qui est lié à ce ressenti
  4. Proposition claire et précise qui répond à votre besoin.

Voici le lien vers un podcast qui détaille cette méthode de communication.

Mais attention 4 niveaux, c’est aussi 4 niveaux d’erreur possible :

  1. La première erreur que nous sommes amenés à faire en communiquant, c’est d’interpréter les faits…
  2. La seconde, c’est de reporter la faute de notre ressenti sur l’autre plutôt que sur l’observation des faits.
  3. La troisième, c’est de ne pas être capable d’exprimer notre vrai besoin dans une situation donnée.
  4. La quatrième, c’est tout bonnement d’omettre de faire une proposition qui répond à notre besoin.

Le fait est qu’une communication efficace passe par ces 4 niveaux. Lorsque ce n’est pas le cas, la communication est moins efficace et surtout moins bienveillante, car elle manque de sens pour au moins une des deux parties qui entre en communication.

3 La positivité et la responsabilité qui en découle, 3e pilier de la réussite.

Cette capacité à voir ce qui vous arrive d’un point de vue le plus positif possible.

Qu’est-ce que je dois comprendre de cette situation ?

Qu’est-ce que j’ai appris de cette situation ?

Je suis responsable de la manière dont je vis les choses…

Être  positif, c’est croire que c’est possible, croire en les autres et en soi, et choisir consciemment ce vers quoi vous voulez porter votre attention.

Un exemple, lors d’une conversation avec un ami, on en vient à parler du “deep web” et du “dark web”.

Je n’avais jamais entendu parler de ça et ça suscite un certain intérêt chez moi. Le monde sous-terrain du web, toute une face cachée de l’iceberg avec des informations qui s’étendent du plus insolite au plus sordide. Alors, bien sûr que le dark web existe, mais malgré la curiosité, consciemment, est-ce que j’ai envie d’y passer du temps? De diriger mon attention pour voir ce que notre monde a de plus sombre? Est-ce que c’est utile pour moi aujourd’hui de m’intéresser à ce que l’on peut trouver dans le dark web?  Je pense que non…

Mon ami m’a d’ailleurs avoué que ce qu’il avait trouvé dans le dark web l’avait empêché de dormir pendant quelques nuits…

Consciemment, nous avons le pouvoir de diriger notre attention vers ce qui est positif pour nous.

Pour cela, il nous faut apprendre :

  • À être attentif.
  • À travailler notre attention dans le moment présent.
  • À nous questionner sur ce que l’on voit, entend, ressent.
  • À nous questionner sur les impacts de nos actions.
  • Et à préciser ce que l’on veut…

 

Le mot de la fin

Est-ce que vous y voyez plus clair sur le sujet du pouvoir de nos pensées lié à notre réussite?

Votre attention suivie de votre intention…

Si vous avez déjà ces deux-là… il ne reste plus qu’à devenir pleinement soi-même ce qui, au vu des couches et des couches de filtres socioculturels que l’on empile depuis des années, n’est pas une mince affaire :-).

La réussite n’est pas loin, d’autant qu’elle ne dépend que de vous et que c’est vous aussi qui la définissez.

Tout l’enjeu est là : prendre la pleine responsabilité de ce que l’on vit.

Avec le paradoxe entre l’inconfort que cela peut générer d’un côté, et de l’autre côté la liberté que cela procure…

 

“Chaque chose en son temps, un temps pour chaque chose”…

 

Alors mes amis, bougez-vous, car personne ne le fera pour vous!

 

 

 

 

 

 

Partager l'article :
  •  
  •  
  • 51
  •  
    51
    Partages
  •  
    51
    Partages
  • 51

No Comments

Leave a Comment

​Télécharge en moins d'une minute ​les "7 secrets pour apprivoiser ton TDAH" ​ilsauront forcément un impact très positif sur ta vie.​