Vivre avec un cancer et cultiver le positif, c’est possible !

La vie et ses coïncidences (fin septembre 2017)

 

Voilà la fin de l’aventure qui pointe le bout de son nez. Cette année en Belgique a tenu toutes ses promesses. À deux semaines de la fin, l’agenda se bouscule : dire au revoir à la famille, aux amis, quitter notre logement, terminer la formation, préparer les valises pour 4 personnes et un chien, anticiper le changement d’école pour les enfants, faire beaucoup beaucoup d’administratifs,etc. Est-ce que tout ça rentre dans une quinzaine de jours ? Ça peut faire peur… mais la peur ne nous fera pas avancer alors un pied devant l’autre, bougeons-nous et tout ira bien!

Puis subitement, comme pour nous prouver qu’on peut toujours en faire plus, la vie nous teste… et nous met sans crier gare un petit challenge supplémentaire… et pas des moindres… Deux semaines avant de reprendre l’avion pour la Réunion, un petit “cadeau” de la vie intervient et bien sûr… c’est urgent et ça fait peur. Les mots “tumeur”, “risque” et “cancer” sont prononcés. On ne comprend pas bien ce qu’il nous arrive… On est assommé… toutes les images, toutes les questions nous passent par la tête… Nous voilà dans l’inconnue… La seule chose dont on est sûr c’est qu’il faut retirer cette boule de toute urgence, avant de reprendre l’avion avec nos enfants pour notre île de cœur!

Pas d’autres solutions que de revoir notre agenda des 15 derniers jours, s’adapter à la situation et revoir nos priorités… les amis et la famille se mobilisent chacun à leur manière pour nous aider à boucler ce qu’il y a à boucler… Du fond du cœur, merci à vous!

Et maintenant, comment faire avec une telle nouvelle sur laquelle nous n’avons aucun contrôle ? Quel chemin choisir, quelles pensées nourrir ? Avec Thomas, nous avons fait le choix d’accueillir la nouvelle avec confiance et de faire face… en puisant l’énergie nécessaire dans le verre à moitié plein, même si les scénarios catastrophes hantent parfois nos pensées, nos nuits et que nos larmes coulent devant l’inexplicable…

Une rencontre en or…

Jour J. Jour de l’opération. Direction l’hôpital Bordet à Bruxelles. Il est 7h30 quand on rentre dans la chambre double avec Amande. Derrière la porte, il y a une dame au large sourire assise à la table. Elle mange, le regard pétillant. Elle s’appelle Pascale. Elle semble heureuse de nous voir. En tout cas, on est mieux accueilli dans la chambre que par la dame de l’accueil. Tout de suite, on se sent mieux. Le paradoxe est que Pascale est une patiente. Elle aurait toutes les raisons de se plaindre, mais ce n’est pas le cas. Très vite, nous échangeons sur nos vies, la Réunion, les voyages, le travail, les enfants et son cancer…

Elle nous en parle sans tabou, aucun. Elle nous raconte son long chemin déjà parcouru avec la maladie, depuis l’annonce jusqu’à aujourd’hui… Depuis ce jour où on lui donnait un mois et demi… Et là, un an et demi après, avec le sourire, elle nous explique son soulagement suite à l’ablation de son sein. Waouw… Comment peut-on être soulagé d’avoir perdu un morceau de son corps à cause d’une maladie quand nous deux on est si inquiet face à une petite boule qu’on doit retirer…

Pascale est franche, entière et étrangement positive si l’on tient compte des circonstances. Une positivité qui nous touche et qui est contagieuse. Très franchement, ce matin-là, bien que nous ayons opté pour le verre à moitié plein, nous n’arrivions pas avec un sourire bien marqué… mais en sa compagnie, très vite, la beauté de la vie nous a une nouvelle fois touchés. Après 2 heures d’échange d’une authenticité, d’une force et d’une résonnance incroyable en compagnie de Pascale, Tom et moi avions tous les deux oublié le temps et la peur latente des circonstances du jour. Puis, une soudaine irruption des infirmières… c’est au tour d’Amande… elle part pour la salle d’opération, tout ira bien!

Une aspérité de plus qui nous a fait grandir, une petite cicatrice qui écrit une nouvelle page de notre histoire, une rencontre magnifique avec un petit bout de femme que la vie n’épargne pas, une rencontre en chair et en os avec une incarnation de la positivité et la proactivité face à l’adversité… Merci Pascale pour tout ce que tu nous a apporté ! Merci, tout simplement!

Notre proposition à Pascale

Lors de nos échanges, Pascale s’intéresse aussi à nous, à notre parcours de vie. On lui parle de notre blog. Très vite, elle s’y plonge, touchée par les raisons de notre démarche. Elle s’y intéresse. Puis soudain, une idée nous vient, comme une évidence. On ne peut s’empêcher de la partager avec elle : si on écrivait un article qui permette de donner la parole à Pascale pour que d’autres puissent se nourrir de son authenticité, sa positivité, de son expérience de vie ?

Signe de la vie ou coïncidence : Pascale aime écrire ! Elle est intriguée par la demande, elle doute sur le fait que ce soit la bonne personne, mais ne dit pas non… On se laisse le temps de la réflexion et on se recontacte par mail, c’est promis…

Elle a dit oui…

De retour à la Réunion, rassurés sur l’état de santé d’Amande, nous reprenons contact avec Pascale par mail. Bien qu’elle ne sache pas vraiment à quoi elle s’engage et qu’elle doute du maintien de sa positivité dans le temps, elle accepte que l’on publie sur le blog un premier échange de mail que voici :

Pascale, le 9 octobre 2017 (suite à notre rencontre à l’hôpital)

“Chers Thomas et Amandine,

Notre journée commune à Bordet était un très agréable moment pour moi.
Ces 5 jours d’hospitalisation ont été émouvants. J’étais sans aucun doute plus à l’aise que les autres patientes qui toutes venaient de découvrir leur cancer et ne pouvaient que plonger dans la peur.
Même si pour toi Amandine, la tumeur n’est pas cancéreuse, l’inquiétude est inévitable.

De mon côté, l’apprentissage de la gestion de l’angoisse et du stress est une lutte acharnée depuis un an et demi. Je suis face à un cancer inguérissable. Sur le plan médical, il faut donc combattre la tumeur primaire au sein et les métastases.
J’étais agréablement surprise par votre intérêt sur mon état d’esprit positif. Votre blog et votre gentillesse m’incitent donc à vous transmettre en quelques mots mon ressenti en votre présence ce vendredi 6 octobre…

Mandela

Voilà une photo que l’on retrouve sur les murs du couloir de l’hôpital.

Avant l’ablation du sein, j’étais sur une route entre 2 précipices. Depuis cette semaine, le paysage s’est modifié et un côté de la route est à présent fermé par le flanc de la montagne qui me protège de la chute. Je continue donc le chemin sur une route jalonnée de virages dangereux, mais le paysage est toujours aussi beau.

Nos échanges m’ont également inspiré cette réflexion au cours de la petite sieste de l’après-midi .
Ma voisine de chambre de la semaine était une femme de 77 ans extrêmement positive.
Sa confiance en elle, son aura, sa vivacité ont rayonné sur moi toute la semaine.
Si j’ai pu transmettre un peu d’optimisme, j’ai le sentiment que c’est aussi grâce à elle, comme une cordée qui nous lie pour le meilleur.

J’ai parcouru votre « À propos de nous » sur votre blog. C’est une vraie quête du bonheur et vous semblez avoir compris beaucoup de choses essentielles.


Trouver un sens à notre existence est une chose importante, mais rien n’est jamais acquis définitivement.
Heureusement, le monde n’est pas obligé d’être parfait.
Je crois que la quête du bonheur dure toute la vie.

(…) À propos de fortune, on dit se sentir toujours plus pauvre que les plus riches, mais nous sommes surtout bien plus riches que les plus pauvres.

Si on adapte cela à notre santé, c’est plus facile d’accepter, même si on ne combat pas un cancer comme une blessure. Il n’y a effectivement pas de rééducation.
Mais il y a toujours bien pire que soi, et surtout, nous avons la chance de bénéficier de soins et d’antidouleurs.

Je vous souhaite un bon vol et bon retour à la Réunion.

…Vous m’avez fait rêver de paysages extraordinaires et, pourquoi pas, à avoir un nouveau projet de voyage.

Merci.

Pascale”

À suivre… si vous le souhaitez!

N’hésitez pas à laisser un commentaire à Pascale ci-dessous si le cœur vous en dit ou que le besoin se fait sentir! Elle se fera un plaisir de vous répondre de sa plume à toutes vos questions ou commentaires notamment en partageant avec vous son expérience, ses victoires, ses difficultés,… Bref, sa vision de la vie face à l’adversité et ses projets futurs, car elle en a un tas!

Nous vous remercions de continuer à partager avec nous l’authenticité de la vie et des graines d’optimisme sur les réseaux sociaux! Rappelez-vous, l’union fait la force 🙂

En ce qui nous concerne, nous tenons surtout à remercier Pascale pour l’exemple qu’elle nous donne et son courage face à l’adversité! Nous sommes de tout cœur avec elle et la soutenons dans la lutte quotidienne qu’elle mène contre la maladie.

Merci Pascale et au plaisir pour ces échanges futurs que nos lecteurs auront à cœur d’alimenter on espère!

À bientôt,

Tom & Amande

 

 

 

Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    67
    Partages
  •  
  •  
  • 67

7 Comments

  • Aurélie Collard 25 octobre 2017 at 1 h 10 min

    Merci Pascale d’avoir été l’Ange incarné de ma petite soeur un certain vendredi d’octobre. A sa sortie de l’hôpital, elle me parlait de toi avec tant d’Amour et d’ espérance. Même plus de place pour “la petite boule!”. Il faut une belle force de vie pour donner tant de lumière sur nos chemins de traverse. Nous qui ne sommes que de passage. Les graines que tu as semées ce jour là sont une magnifique trans. ..mission. Encore merci Pascale.

    Reply
    • Tom et Amande 8 novembre 2017 at 5 h 08 min

      Bonjour Aurélie,
      Votre message me touche et je suis heureuse si j’ai engendré une touche d’espoir mais il y a trop d’éloges à mon égard.
      Il est indéniable que nous ne sommes pas tout à fait nous-mêmes lors d’une intervention chirurgicale, aussi bien dans les heures qui précèdent l’entrée au bloc qu’au réveil. Sommes-nous plus vrais, plus forts ou au contraire plus vulnérables ? Je crois que c’est tout à la fois. Mais à Bordet ma certitude c’est que nous étions toutes et tous dans l’émotion.
      Thomas et Amandine n’y ont pas échappés.
      Cette sensation d’émotion est une source. Elle permet d’aller à l’essentiel.. Et nous en avons tous profité. Moi aussi je leur dois un bel échange.
      Merci à vous. Pascale

      Reply
      • Aurélie Collard 20 novembre 2017 at 11 h 24 min

        Vous étiez là. Et c’était le plus important :-). Je continue à penser à vous!

        Reply
  • Descamps Monique 26 octobre 2017 at 8 h 27 min

    Merci pour ce partage de vie…cette vie qui permet de rencontrer de tellement belles personnes, de belles âmes qui donnent un sens merveilleux à la vie et ce malgré les embûches qui jalonnent le chemin. Comme le dit Aurélie, nous ne sommes que de passage, mais autant que ce passage soit jalonné de poussières de lumière.
    Pascale, Amandine, Thomas, je vous transmets une immensité d’énergies positives 🙂

    Reply
    • Tom et Amande 8 novembre 2017 at 5 h 09 min

      Bonjour Monique,
      On dit souvent que c’est dans l’épreuve qu’on reconnait ses vrais amis.
      Depuis le diagnostic de mon cancer, c’est vrai que mon cercle d’amis a changé.
      Parmi eux plusieurs patients atteints m’ont transmis une énergie que vous n’imaginez pas.
      Cette volonté de vivre le moment présent semble proportionnelle à votre longévité espérée.
      Moins il reste de temps, plus le moment compte, et croyez-moi, la vie prend beaucoup plus de sens. Merci Monique pour votre message qui renforce ce que je crois. Pascale

      Reply
  • zaza 26 octobre 2017 at 11 h 03 min

    que dire …. j’ai juste envie de sourire et de penser que le paradis il est là . Nous sommes notre paradis quoi que la vie nous fasse vivre le chemin vers un état positif peut tout changer . Quelle belle chaine qui est faite ici et je suis ravie de pourvoir profiter de ces belles et profondes paroles , bravo pascale et si tu as envie de venir te détendre dans le petit monde de zaza pour capter la puissance de la bienveillance animale tu es la bienvenue .

    Reply
    • Tom et Amande 8 novembre 2017 at 5 h 10 min

      Bonjour Zaza,
      Je ne sais pas s’il y a un paradis mais comme toi, je suis convaincue que tout ce que nous avons à faire est ici.
      Je ne sais pas si c’est toi qui a des ânes à Chevetogne mais si c’est le cas , bravo
      Mes anciens voisins avaient une dizaine d’ânes. Je profitais de leur présence lorsque je travaillais dans mon jardin. C’était un vrai bonheur.
      Merci pour ce message qui renforce mes certitudes. Pascale

      Reply

Leave a Comment

Avez-vous déjà reçu votre EBOOK GRATUIT ? ​​Téléchargez-le maintenant ​​en moins d'une minute

"5 concepts incontournables qui vont vous changer la vie"