Controler son subconscient et mieux le connaitre

Notre cerveau est divisé en deux parties : l’inconscient et le subconscient.

L’inconscient est la partie que nous connaissons, la partie du cerveau que nous utilisons pour mémoriser ce que nous voulons. Le subconscient est la partie que nous ne pouvons pas contrôler. C’est la partie où les rêves, les restes de mémoire ou les expériences passées finissent.

Notre subconscient, ou esprit subconscient, est si important et fondamental dans notre vie qu’il vaut la peine de lui consacrer un article distinct.

Qu’est-ce que le subconscient en psychologie ?
Le subconscient est une partie de l’esprit global de l’individu et a des fonctions très spécifiques.

Si vous avez lu mon blog, vous avez peut-être remarqué que nous parlons souvent du subconscient, ou de l’esprit subconscient. Le concept de subconscient est présent dans plusieurs ouvrages et écoles de pensée. Freud en parle, comme beaucoup de mes auteurs et livres préférés.

Cependant, l’explication la plus complète et, à mon avis, la plus véridique du subconscient semble avoir été donnée par Serge Kahili King, dans son livre La maîtrise du moi caché.

Dans ce livre, King traite de la culture huna hawaïenne, qui donne une explication incroyable (et précise) du fonctionnement de notre esprit et de notre corps selon l’ancien huna.

Le subconscient contrôle la plupart des fonctions de notre corps, et certaines fonctions mentales. Pour cette raison, il est essentiel qu’il y ait une forte collaboration entre le conscient et le subconscient.

Une définition du subconscient
L’analogie qui m’a permis de mieux comprendre l’essence du subconscient est l’association du subconscient avec un enfant.

Le subconscient doit être traité comme s’il était un enfant, et formé par le conscient à collaborer au développement de la personne dans son ensemble.

C’est l’une des principales tâches de l’esprit conscient, qui doit être un enseignant pour le subconscient, le guidant de la meilleure façon possible pour soutenir la croissance de l’individu.

La signification du subconscient
Notre subconscient (également appelé « moi inférieur ») est la partie de notre esprit capable d’organiser les informations que nous recevons, de créer des schémas mentaux, d’établir des actions (comme nos habitudes), d’apprendre et de mémoriser.

Le subconscient, comme l’explique également cet article, est toujours et constamment à la recherche de notre bonheur, est guidé par les sentiments et nous demandera toujours comment nous nous sentons lorsque nous faisons quelque chose.

Cependant, bien que guidé par le sentiment, notre subconscient semble être entièrement guidé par la logique : tout comme un ordinateur, le subconscient tire des conclusions basées sur des expériences que nous avons déjà vécues.

Le subconscient n’est pas irrationnel (bien que pour certains, et dans certains cas il peut le sembler, et nous verrons plus tard pourquoi), ni imprévisible ; tout ce qu’il fait suit une logique restrictive, tout comme un ordinateur, et est toujours basé sur des expériences que nous avons vécues pour décider de ce qu’il faut faire. Le problème est que souvent nous ne sommes pas conscients des prémisses que le subconscient a lorsqu’il décide de ce qu’il doit faire. De plus, le subconscient fonctionne de manière déductive, c’est-à-dire qu’il prend une expérience et la transforme en principe général. Cela se produit surtout lorsque notre esprit conscient n’est pas capable de rationaliser ce qui s’est passé, et laisse le subconscient se souvenir sans être influencé rationnellement.

Donnons quelques exemples :

Enfant, en mer, un événement désagréable vous arrive, et vous êtes sur le point de vous noyer. À ce moment, le conscient n’est pas capable de rationaliser au mieux, pour une raison ou une autre (peur, etc.). Le subconscient se souviendra donc de cet événement tel qu’il l’a vécu, c’est-à-dire que vous êtes passé par-dessus bord et que vous étiez sur le point de vous noyer. La mer est donc dangereuse.

Si, lorsque vous grandissez, vous développez une phobie de la mer, et que vous avez peur et ne savez pas nager, la raison sera exactement la suivante : le subconscient a intériorisé le danger de la mer, et il déduit donc de cette prémisse toutes vos actions ultérieures.

La fonction première du subconscient : la mémoire
La mémoire est la seule fonction du subconscient, toutes les autres en découlent directement ou indirectement.

Lorsque nous décidons de nous souvenir de quelque chose, nous sollicitons notre subconscient et lui demandons sa collaboration. En fait, notre subconscient communique constamment avec le conscient. Malheureusement, dans la société moderne, nous n’accordons pas assez de poids et d’importance à ce type de communication, et donc beaucoup d’entre nous ne sont pas capables d’utiliser au mieux les possibilités et les opportunités que nous offre le subconscient.

Le subconscient nous parle notamment par le biais de rêves, d’intuitions, d’imagination, de sentiments, de sensations physiques et de défaillances.

Le subconscient et Freud

Même Freud parlait souvent de subconscient. Freud l’appelait « Es » ou « Id ». Selon Freud, Es est la partie primitive et animale de notre esprit. Le Es de Freud est animé par l’impulsion, l’instinct et la passion, et contient des conflits non résolus de notre passé.

Même dans la culture Huna, le subconscient est la partie de l’esprit où il y a des conflits non résolus de notre passé, et pour eux aussi, il suit l’instinct (dans le sens où il canalise toutes nos émotions et sentiments).
Pour les Huna, cependant, contrairement à Freud, le superconscient ne doit pas être contrôlé mais éduqué. De plus, pour Huna, il n’est pas difficile d’éduquer notre subconscient si nous savons comment.

Le subconscient travaille pour nous, et les seules choses qui comptent vraiment pour lui sont notre survie, notre croissance et notre bonheur. Lorsque le subconscient se comporte différemment de ce que nous souhaiterions et a des effets négatifs, c’est parce que sa pensée est le résultat de convictions et d’habitudes acquises au cours de notre vie, parfois de manière erronée ou non fonctionnelle.

Au contraire, pour Freud (qui pense que Es est fondamentalement « mauvais »), le superconscient est bon pour Huna. Elle agit toujours pour notre bien, et les attitudes négatives qui proviennent du subconscient sont dues à des croyances, des schémas mentaux ou des associations d’idées non rationalisées dans nos expériences passées.

le subconscient

En fait, nous ne sommes pas toujours capables de rationaliser ce qui nous arrive (pensez à l’exemple de l’enfant qui est sur le point de se noyer dans la mer), et dans ces cas-là, dans le subconscient, nous créons des croyances erronées que nous perpétuerons dans le temps.

Ces croyances seront ensuite utilisées à l’avenir, lorsque des situations similaires se produiront, et cela nous conduira à des actions qui suivront ces schémas, même si elles étaient mauvaises au départ (par exemple la peur de nager).

De plus, ces croyances nous amènent souvent à nous sentir coupables lorsque nous nous comportons contrairement à ce que notre subconscient a intériorisé et pense être le meilleur comportement dans cette situation particulière.

Mais comment abandonner ces croyances erronées, qui nous conduisent à des comportements apparemment illogiques, ou à des habitudes malsaines ?

Selon Freud et la psychanalyse, il suffit de porter ces complexes à l’attention de l’esprit conscient pour qu’ils disparaissent et nous permettent de revenir à la normale.

Pour le Huna, il ne suffit pas de mettre en lumière les complexes pour qu’ils disparaissent, mais il est nécessaire que l’esprit joue un rôle actif dans la résolution des complexes non résolus.

Il est nécessaire que les mauvaises habitudes, que notre subconscient a, soient remplacées par d’autres bonnes habitudes, et que le subconscient apprenne le plus grand avantage que nous aurions si nous changions l’ancienne habitude pour la nouvelle.

De plus, comme nous l’avons déjà dit, la culpabilité est souvent ce qui permet au subconscient d’activer les mauvaises attitudes.

Dans ces cas-là, la pénitence et le pardon sont des armes redoutables qui nous permettent d’annuler la culpabilité, et donc de changer plus facilement une vieille mauvaise habitude. Le subconscient est fortement influencé par les stimuli physiques, de sorte que le jeûne, l’aumône et d’autres formes de pénitence dans lesquelles on a un stimulus physique sont d’excellents moyens d’éliminer la culpabilité.

De plus, dans la culture Huna, par exemple, le seul péché conçu est de pécher contre un autre être. Ainsi, le seul qui peut pardonner ce péché est le même être qui l’a subi. Lorsque cela n’est pas possible, on peut éliminer la culpabilité que l’on a de pécher contre cet autre être en se pardonnant à soi-même, par exemple, avec les techniques de pénitence vues ci-dessus.

Comme un enfant, si on nous dit que le sexe est un péché, notre subconscient assimilera cette information et la prendra pour vraie, parce qu’en tant qu’enfant nous ne pouvions pas rationaliser cette information. Ainsi, le sexe semblera être un péché même à l’âge adulte, jusqu’à ce que l’esprit conscient soit capable de rationaliser cette information, d’examiner objectivement la mémoire de cet enseignement de l’enfance, et de le rationaliser en fonction des connaissances les plus récentes acquises au fil du temps.

Fonctions et nature du subconscient
Nous avons donc dit que le subconscient fait partie de l’esprit de l’individu dans son ensemble. En outre, le subconscient ne doit pas être considéré comme une entité distincte, mais comme une partie unique de notre être, avec laquelle nous devons collaborer et comprendre son fonctionnement si nous voulons en tirer le plus grand bénéfice et profiter pleinement de notre vie.

Certaines des principales fonctions du subconscient sont :

  • mémoire
  • corps
  • émotions
  • habitudes
  • perceptions et phénomènes extrasensoriels
  • l’épanouissement personnel
  • logique
  • obéissance

Voyons-les en détail dans les paragraphes suivants.

Mémoire
Comme nous l’avons déjà dit, la principale fonction du subconscient, dont beaucoup d’autres dérivent, est la mémoire. C’est grâce à la mémoire que nous sommes capables d’apprendre, et de nous souvenir si bien des choses que nous n’avons plus besoin de penser pendant que nous les faisons (pensez au vélo, ou à la conduite d’une voiture).

Contrairement à ce que l’on peut penser, la mémoire ne réside pas dans le cerveau, mais est dupliquée dans plusieurs parties de notre corps. D’après wikipedia :

Le processus mnésique est donc configuré comme un chemin dynamique de reconstruction et de connexion des représentations, plutôt qu’un simple « stockage » de données dans un espace mental statique.

Pour mieux comprendre, nous pouvons prendre l’exemple de l’ordinateur : la mémoire de l’ordinateur est stockée dans des disques magnétiques. Les données sont stockées en bits. De nombreux bits forment un octet. Plusieurs octets forment ensemble des mots, et les mots forment ensemble des groupes de mots.

Si, par exemple, je rencontre une personne dans un club un soir, toutes les caractéristiques de cette personne seront stockées en bits. On se souviendra de la personne dans son ensemble sur un octet.

Le comportement de cette personne, ses conversations avec moi, etc. seront d’autres octets. A tel point que je me souviendrai de la personne en formant un mot. On se souviendrait de l’ensemble du parti comme d’un ensemble de mots.

Les informations importantes seront stockées là où il est plus facile pour moi de les extraire et de les rassembler, les autres seront stockées dans des dossiers généraux.

Lorsque j’ai besoin de me souvenir d’un détail de cette soirée, mon subconscient va d’abord chercher les informations les plus faciles à retrouver, puis aller vérifier les dossiers généraux.

Pour que le subconscient puisse extraire des informations, il est nécessaire que celles-ci aient initialement fait l’objet d’une attention consciente.

La facilité de récupération de ces informations est due à l’importance que j’accorde à chacune des informations stockées, et au temps que j’ai consacré à m’en souvenir. Le subconscient pense en fait par associations logiques, et plus j’ai d’associations parmi les différentes impressions, plus il sera facile pour le subconscient d’extrapoler les informations lorsqu’elles sont demandées.

C’est pourquoi il arrive souvent de ne pas se souvenir des noms : on ne vous a pas accordé assez d’importance au début, quand ils sont apparus, et c’est pourquoi il sera plus difficile pour le subconscient d’extrapoler cette information.

Le fait que, quand on y pense, l’information nous vient alors à l’esprit est dû au fait que le subconscient a mis plus de temps à la trouver et à l’extraire. La tension et l’anxiété peuvent déformer le processus de la mémoire et le subconscient dans l’extraction des informations, et donc ne pas nous permettre de nous souvenir de quoi que ce soit.

C’est, par exemple, ce qui arrive à un élève lors d’un examen oral, lorsqu’il sait quelque chose mais ne s’en souvient pas. Le fait d’être dans un état d’agitation rendra certainement plus difficile pour eux de se souvenir des informations qu’ils ont apprises précédemment.

Le paragraphe suivant porte sur l’influence du subconscient sur le corps.

Le corps
Le subconscient est directement intéressé par le contrôle de la plupart des fonctions de notre corps.

Par conséquent, utiliser l’attention de l’esprit conscient pour influencer le contrôle du subconscient sur notre corps peut avoir des effets surprenants sur l’utilisation du corps. Cependant, ces effets peuvent être positifs ou négatifs, selon l’influence que le conscient exerce sur le subconscient.

Comme la science l’a déjà montré, notre corps est influencé par notre façon de penser et de ressentir, par nos sentiments et par ce que nous « ressentons » mentalement. Même les actions que nous effectuons consciemment nécessitent la collaboration du subconscient. Ainsi, s’il existe une collaboration étroite, proactive et constructive entre le subconscient et le conscient, nous sommes capables de faire en sorte que notre corps exécute même des fonctions et des activités très complexes et difficiles.

Les grands athlètes sont un exemple de la façon dont la collaboration entre le subconscient et le conscient peut donner d’excellents résultats, et nous permettre d’accomplir des actions qui semblent impossibles.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *