Savoir affronter ses peurs

Chaque jour, vous vous demandez comment surmonter vos craintes, vos peurs les plus profondes et les plus grandes.

La vérité est qu’il n’y a pas de monstre en vous, il y a une ombre, il y a des parties cachées, celles que vous vous cachez même à vous-même par honte. Apprenez à tomber amoureux de votre ombre si vous voulez surmonter vos peurs.

Si vous voulez continuer, si vous voulez vraiment tomber amoureux de vous-même, rappelez-vous les peurs que vous aviez dans votre enfance : la peur des ténèbres, la peur d’être abandonné, la peur d’être rejeté, et toute autre peur que vous aviez en vous.

Une fois que vous avez grandi, la plus grande peur est à découvrir, à montrer aux autres ces vieilles peurs et ces blessures qui n’ont jamais guéri. C’est cette peur de se montrer, d’être vu, d’être à nouveau abandonné, qui ne vous permet pas d’obtenir réellement ce que vous voulez. Il ne s’agit donc pas d’objectifs ou de planification, mais d’avoir un sac à dos rempli de pierres que l’on ne cesse d’emporter avec soi.

N’êtes-vous pas fatigué de porter ce fardeau ?

Puis il y a une autre peur, peut-être encore plus grande, celle de ne pas être digne d’amour, ce sentiment de ne jamais être assez, de se sentir si petit qu’on ne mérite pas d’être aimé.

Lorsque nous grandissons, nous croyons que nous sommes devenus forts, nous passons notre vie à essayer de maintenir les pièces et l’image de nous que nous avons construite une fois devenus adultes. Et on se rend compte que grandir n’est peut-être pas comme on l’avait imaginé, comme on nous le dit dans les films. Parce que c’est douloureux, plein de chutes, que parfois, en pleurant, on se demande quand un peu de calme et de sérénité va venir.

On nous a appris qu’il est juste d’être bon, gentil, désintéressé ; mais personne ne nous a appris à nous aimer, à croire vraiment que nous sommes bons comme nous sommes. Personne ne nous a appris à tomber amoureux de notre ombre, alors qu’en fait elle fait partie de nous aussi.

C’est cette partie de nous qui veut de l’attention, qui veut encore plus d’amour, et que nous ignorons tout le temps en ne cherchant que la lumière. Mais vous êtes léger. Apprenez à être qui vous êtes, dans toute votre splendeur. Et ayez le courage d’éclairer pleinement même ces blessures, ces faiblesses et ces peurs que vous essayez de cacher. Apportez la lumière, juste là.

Aidez ces monstres à sortir de la lumière. Si vous les regardez, vous pouvez voir à quel point ils sont vraiment beaux, et surtout, qu’ils ne sont pas du tout des monstres. Une façon d’apprendre à voir les monstres cachés dans notre ombre est de les mettre sur papier.

Voici donc comment le faire, avec un simple exercice pour affronter ses peurs :

Essayez de penser à ceux qui vous ont humilié, qui vous ont coupé les ailes, qui vous ont dit que vous ne pouviez pas réussir ce truc parce que vous n’étiez pas assez. C’était peut-être plus de personnes, mais la première qui vous vient à l’esprit sera celle à partir de laquelle vous pouvez commencer.

Fermez les yeux, prenez une grande respiration et pensez à cette personne, à la situation que vous avez vécue, comme si vous deviez raconter la scène dans un film. Ajoutez des détails, la scénographie, les couleurs, les émotions que vous avez vécues et tout ce qui, rien qu’en y pensant, vous fait souffrir ou est resté sur le ventre.

Crachez, videz le sac, bref, sortez tout ce que vous avez à l’intérieur et libérez-vous !

Écrivez votre histoire d’horreur, ajoutez autant de détails que possible. Je sais que cela peut être douloureux, mais si vous voulez vraiment guérir une blessure, vous devez la trouver, la mettre en lumière pour pouvoir la transformer. Toutes les blessures que vous essayez d’oublier sans les avoir guéries, deviennent des cicatrices sur lesquelles vous pouvez essayer de construire votre meilleur présent et avenir, mais qui resteront toujours là, pour vous rappeler cette souffrance. Il faut un peu de courage pour rouvrir une blessure et s’occuper de cette petite fille aux coudes ou aux genoux pelés, mais c’est la voie de la guérison.

Si vous en avez envie, dessinez cette pièce d’horreur, dessinez ce monstre ou découpez une image qui vous le rappelle et ensuite, chiffonnez-le, déchirez-le, détruisez-le et jetez-le.
C’est dans les griffes de ce monstre que votre potentiel est caché, c’est là que vos talents et vos dons sont emprisonnés, il est donc temps de les libérer et de vous libérer.

Que vous soyez un pêcher, un cerisier ou un pommier, préparez-vous à montrer au monde votre beauté.
Il est temps de s’épanouir à nouveau.

Il n’y a pas de bon moment, il n’y aura pas de bon moment, pas d’engagements, pas de surprises, pas de problèmes. Il n’y a que maintenant, il y a le présent comme un grand cadeau et comme une formation, parce que nous sommes habitués à vivre dans le passé ou le futur. Nous vivons partout avec notre esprit, sauf ici et maintenant.

Alors, respirez, fermez les yeux, concentrez votre attention sur vos pieds : où se reposent-ils en ce moment ? Cet exercice, qui semble simple, est l’un des plus difficiles que je connaisse. Car il ne s’agit pas d’y penser et de le faire, mais de s’en souvenir et de rester présent toute la journée.

Vous avez besoin de formation, de temps, de patience avec vous-même car au début, ce sera loin d’être facile.

Mais une fois que vous avez appris à le faire, vous savez comment vous pouvez revenir, à tout moment, à ce merveilleux état de présence, de « vide mental » dans lequel vous pouvez vous éloigner de toutes les pensées et émotions. Là où il n’y a que toi, dans ta grandeur et ton pouvoir infini.

  • Arrêtez de vous rabaisser, de jouer les petits, cela ne vous sert à rien.
  • Commencez à reconnaître vos dons, à libérer vos talents.
  • Le monde a besoin de vous de toutes vos forces.

Ecrivez le partout, lisez-le mille fois par jour. Vous ne le croirez pas au début, vous vous sentirez peut-être même stupide et un peu menteur.

Laissez la partie de vous qui est toujours prête à critiquer et à vous faire sentir inadaptée. Vous lui avez donné trop d’espace jusqu’à présent. Il est maintenant temps de former l’autre partie de vous, celle qui ne croit pas aux compliments, qui rougit de honte quand on lui dit qu’elle est belle, qui pense toujours qu’il lui manque quelque chose pour bien aller.

Que ce soit votre mantra à partir de maintenant, car vous méritez tout ce qui est dans vos rêves. Et ce n’est qu’en y croyant que vous pourrez les réaliser.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *